AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 INTRIGUE 01 : groupe un.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Game Master
    he sees everything.

Game Master

messages : 154
i'm here since : 22/01/2010
i am this old : 29

baby, that's me!
i am a: vierge ♥
carnet de bord:

MessageSujet: INTRIGUE 01 : groupe un.   Lun 5 Avr - 19:23

    Chers cobayes, bonjour.

    Une question vous taraude sans doute en ce moment même : qu'est ce que je peux bien foutre ici ? Et bien nous prendrons un malin plaisir à vous laisser dans l'ignorance. Vous l'aurez toutefois devinez, vous êtes ici pour servir l'expérience, et sachez que chacun de vos gestes, chacune de vos réactions sera décortiqués, jugés et étudiés de près. De très, très près.
    Votre objectif est simple : sortir de cette forêt. Rien de plus simple, dîtes-vous ? Détrompez-vous. N'allez pas croire que nous vous faciliterons la tache, bien au contraire. Avez-vous déjà la moindre idée de l'endroit où vous vous trouvez ? Sud ? Nord ?... Et êtes-vous seulement certain d'être toujours près de Séoul ? Voire toujours en Corée ? Posez-vous les bonnes questions, et surtout n'oubliez pas que vous êtres trois, inconnus ou non, mais que toujours vous devrez vous déplacez ensemble, unis comme les doigts de vos petites mimines. L'union fait la force, dit-on. Parviendrez-vous à prouver la véracité de ce dicton ?
    Pour vous aider dans votre quête, nous mettons à votre disposition une lampe de poche, une tente , un couteau, et quelques vivres : trois paquets de riz (cru bien sûr, n'allez pas croire qu'on irait cuisiner à votre place !), dix lamelles de viande séchée et trois paquets de fruits secs. Rappelez-vous que vous n'avez aucune idée de quand et comment vous pourrez sortir d'ici, alors les enfants, on ne gaspille pas la nourriture. Je doute que beaucoup d'entre vous soit particulièrement doués à la chasse à mains nues, quand il ne s'agit pas du sexe opposé, hm... Il est bien sûr interdit de se servir d'autres instruments que ceux nommés ici. Rappelez-vous que nous le saurons de toute façon et que cela vous vaudrait sans doute de voir passer un bon nombre de won passer sous votre nez. A bon entendeur...

    Participants et participantes,
    Nous vous souhaitons bon courage.


    Partons du principe que le premier posteur est celui qui a la lettre en main. Le but de cette intrigue est de faire interagir vos personnages dans un cadre oppressant, stressant et qui donne encore davantage de poids aux sentiments et sensations en tout genre. Autrement dit, n'hésitez pas à faire péter les plombs à vos personnages. ♥️ Ah ! Et surtout, évitez de les faire sortir en deux temps trois mouvements. C'est pas très drôle, vous en conviendrez. A la moindre incompréhension, n'hésitez pas à contacter un administrateur. Amusez-vous bien, héhéhé.


Ordre de passage à respecter :

▬ Ahn Bo Hyun
▬ Chu Woo Yun
▬ Kim Jun Wan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ahn Bo Hyun
    candy admin

Ahn Bo Hyun

messages : 786
i'm here since : 22/01/2010
i am this old : 27
where am i : je sais pas - je veux ma maman. u.u
heart situation : fckd up.
work place : don't need that. i guess. è_é autrement, dad's company? uhh.

baby, that's me!
i am a: bélier.
carnet de bord:

MessageSujet: Re: INTRIGUE 01 : groupe un.   Jeu 22 Avr - 21:01

Une très belle journée. Oh oui, ça l’était – une très belle journée. Du moins, tout commençait bien. Le soleil était bien haut dans le ciel et réchauffait agréablement le condo tandis qu’il jouait avec Diva – plus surexcité que jamais puisqu’il venait de lui mettre sa jolie petite laisse et s’apprêtait à l’emmener dehors avec lui. Ce n’était encore jamais arrivé mais le petit chien semblait savoir tout à fait ce qui se passait. Un instinct canin, peut-être, qui sait. Le maître en était presque tout aussi excité et venait tout juste d’enfiler un manteau suffisamment chaud pour ne pas avoir froid, mais suffisamment léger pour ne pas non plus suffoquer si jamais la température se réchauffait.

Mais la balade ne vint jamais. On toqua à sa porte et il haussa un sourcil. Qui venait le déranger à cette heure de la journée ? Normalement, tout le monde travaillait ou allait à l’école ou il ne savait quoi encore. Son père qui rentrait plus tôt encore une fois ? Jun Wan qui n’avait rien à faire de sa journée ? Il ne savait pas – pas encore – la merde dans laquelle il venait de mettre les pieds alors qu’il se dirigeait vers la porte, visiblement décidé à l’ouvrir. D’ailleurs, il n’eut presque pas le temps d’ouvrir la porte qu’une grosse voix s’adressait à lui. Ahn Bo Hyun ? Il cligna bêtement des yeux et entrouvrit les lèvres, n’osant pas dire un mot devant ces trois colosses qui le regardaient derrière leurs lunettes fumées. Ils étaient beaucoup plus grand que lui mais, surtout, beaucoup plus large. Mais ça encore, ce n’était pas très étonnant. D’une voix basse et timide, il répondit après un bon – au moins – dix secondes de fixation. « Je… oui, c’est moi ? »

Il n’aurait pas dut. Il n’aurait jamais dut, déjà, répondre à la porte. Il n’aurait jamais dut poser sa main, tourner la poignée et l’ouvrir. Il n’aurait jamais dut dire qu’il était effectivement Ahn Bo Hyun et aurait peut-être dut se débattre un peu plus lorsque le plus gros des trois hommes l’avait traîné dans une voiture noire aux vitres teintées. « Monsieur… » Reculons dans le temps. Avant cette journée merdique qui, à la base, devait être parfait et paisible et tranquille. Wan. Ça devait être de sa faute. Les trois garçons de l’autre jour, avec Hanny – ils étaient peut-être – non, sûrement, associés. Jun Wan l’avait encore entraîné dans une merde pas possible. « Monsieur, j’aimerais bien savoir si... » Chuuut. Il cligna des yeux et pinça les lèvres, jouant nerveusement de ses doigts entremêlés l’un à l’autre, n’osant même pas tenter une seconde de desserrer les liens qui retenaient ses poignets l’un à l’autre. Avait-il sincèrement l’air d’être un délinquant ? Pensaient-ils vraiment qu’il allait oser sortir de cette voiture en pleine marche et s’échapper ? Non seulement les portes étaient verrouillées, mais il n’irait pas très loin à pied à côté de ce bolide dix étoiles. Il ne regardait peut-être pas souvent des films d’actions, encore moins des films d’horreur, mais il n’était pas non plus cette sale blonde qui allait se réfugier à l’endroit le plus évident. Il allait donc obéir et ne pas se faire tirer sur place parce qu’il avait bougé un petit doigt. D’ailleurs, à cette pensée, il retint son souffle et resserra ses mains – moites – l’une contre l’autre, levant doucement la tête parce que la voiture s’était arrêtée. Il ravala discrètement sa salive alors qu’il pouvait voir la silhouette d’un des colosses qui s’approchait de la portière arrière. Ne bouge pas. Aouch – c’est pas un peu serré ça ? Pas besoin de tirer en plus ! Pourquoi un bandeau sur les yeux, hein ? Pourquoi ne pouvait-il… voir. Il ne voyait plus rien. Le noir, le noir et encore le noir, et la voiture redémarrait comme si de rien n’était. Où étaient-ils, maintenant ? Où allaient-ils ? Et pourquoi, pourquoi exactement ils ne voulaient pas qu’il voit ? Une rançon. Voilà, ils allaient demander une rançon à son père. Au fond, Jun Wan n’était qu’un malade et il l’utilisait. Il allait vider les poches à son père. Il avait tout compris et non, il n’était pas paranoïaque, tout faisait du sens dans sa tête. Il grogna silencieusement et baissa la tête. Un mal de tête lui venait à force de réfléchir et les scénarios qui lui passaient par la tête avaient de quoi donner le tournis.

Lorsque la voiture s’arrêta à destination finale, il redressa la tête presque brusquement, les yeux à présent grand ouvert. Plus un son. Sauf les pas du monstre qu’il pouvait entendre à l’extérieur, qui ouvrait la porte, qui le tirait par le poignet et le… Vous ne pourrez enlever votre bandeau que lorsque la voiture sera partie. Bonne chance. « UH?!! » Il plaqua sa main contre sa bouche tandis que la voiture repartait, retenant un flot de paroles incompréhensibles. Bonne chance ? Bonne chance pour quoi exactement ? Où était-il et qu’avait-il fait à ces pauvres gens pour qu’ils le traînent en plein milieu de… ! Ah, oui, le bandeau. Il se débarrassa des liens – préalablement détachés – et tira sur le bandeau, clignant douloureusement des yeux à la clarté du paysage. Qui, au final, n’était pas si clair que ça puisqu’ils se retrouvaient dans une forêt. Ils ? Oui, lui et sa pauvre folie. Il attacha le bandeau à son poignet et soupira, baissant la tête pour apercevoir les quelques trucs qui traînaient au sol. Un sac contenant il ne savait quoi et une lettre soigneusement déposée sur celle-ci. Sur le dessus, on pouvait y voir l’emblême de l’EHESS, et c’est pile à ce moment-là qu’il réalisa que tous les scénarios qu’il s’était fait n’étaient plus plausibles. Il soupira à nouveau et prit la lettre, déchirant l’enveloppe sans grande délicatesse pour la lire rapidement. Avez-vous déjà la moindre idée de l'endroit où vous vous trouvez ? Sud ? Nord ?... Et êtes-vous seulement certain d'être toujours près de Séoul ? Voire toujours en Corée ? Posez-vous les bonnes questions, et surtout n'oubliez pas que vous êtres trois, inconnus ou non[…] Il écarquilla les yeux. Trois ? Trois ! Bah oui. Lui, les arbres et les trucs inutiles au sol. C’est ça ? Plus en corée ? Non, c’était pas possible. D’accord, c’était un coup de Jun Wan, il lui faisait croire qu’il – … il savait qu’il participait à ce programme ? C’était pire qu’il le croyait. Il ramassa alors le sac et en sorti une caméra. Il l’observa sous tous ses angles avant d’appuyer sur le bouton le plus gros, celle-ci se mettant en marche. Uhuh… c’était quoi cette – une voiture s’arrêta alors et il redressa la tête, frigorifié. Quelques secondes à peine et il aperçut son pauvre grand ami qui recevait le même traitement que lui il y avait de cela déjà – au moins trois minutes. Il haussa alors le ton et croisa les bras devant l’autre, n’attendant même pas qu’il retire son bandeau. « YUN ! C’est quoi cette blague ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://until-whenever.forumactif.com
Chu Woo Yun

Chu Woo Yun

messages : 275
i'm here since : 30/01/2010
i am this old : 28

baby, that's me!
i am a: King Leo è.é
carnet de bord:

MessageSujet: Re: INTRIGUE 01 : groupe un.   Lun 3 Mai - 0:44

Une chaleur accablante régnait. Le soleil était présent depuis longtemps, il semblait que son âme brûlante s’attardait encore dans le ciel. Woo Yun avançait au hasard. Devant lui, sans but précis. Peut-être avait-il besoin de solitude. La pure flânerie le long des rues où les commerçants lui sourient au seuil de leurs échoppes. Seul. Il marche pendant quelques minutes et atteint un quartier inconnu. Yun traverse une place vide, entourée de façades étincelantes. A mesure qu’il s’avance dans ces ruelles ignorées, il rencontre des promeneurs de plus en plus nombreux. Ils semblent tous prendre la même direction. Avec une démarche joyeuse. Mais il continue sa marche, sans prêter attention aux gens qui l’entourent. Woo Yun profitait des dernières lueurs du jour pour examiner cette maison qui le fascinait tant. Toutefois, celle-ci n’avait rien d’exceptionnel. La poussière, qui s’était amassée sur les lattes disloquées, certifiait que, depuis fort longtemps, on n’avait plus ouvert les fenêtres. Aucune lumière ne traversait les interstices des volets. Si jamais une maison a parue morte et sans le moindre espoir, infime soit-il, de ne jamais ressusciter, c’est bien celle-ci. Cette demeure se trouvant dans un quartier peu fréquenté, Woo Yun pouvait l’observer à loisir. Et s’attarder sans attirer l’attention. Quand la nuit vînt alors, une légère angoisse le saisit. L’idée de l’expérience qu’il allait tenter. L’obscurité était tombée d’un seul coup. L’eau morte sur laquelle tremblotaient des reflets huileux. L’humidité des murs et le silence même, pesant, de ce canal désert, avaient quelque chose de redoutable. Et presque de répugnant. Il dut surmonter en même temps l’appréhension et le dégout pour s’approcher de cette résidence qu’il désirait visiter. Inconsciemment, il espérait que la porte serait fermée, comme elle l’avait toujours été, pour que cette envie disparaisse et par la suite, faire demi-tour. Mais la porte fut ouverte et s’effaça dès que sa main, malgré lui, la toucha. Il était seul dans le petit vestibule, froid et sombre comme une cave. Aucune lumière ne passait sous les rideaux. Aucuns bruits. Le silence. C’était une maison morte, après tout. Dehors, la pluie tombait. Cette pluie brutale et malveillante. De quoi mettre Yun dans une situation des plus angoissantes. Et voilà qu’une main saisit soudainement son bras.

Une douleur. Il s’écroule à terre. Ses jambes n’ont plus la force de se relever. Quelque chose semble le maintenir. Une pression. Mais il est dans le noir. Et la souffrance est de plus en plus pesante. Que lui arrive-t-il ? Yunnie ne se souvient de rien. Mis à part cette étrange demeure. Après, le néant. Aurait-il perdu la vue ? Ce n’est pas plausible, un tissu couvre ses yeux, il le sent. Mais alors, que se passe-t-il ? Est-ce une de ses relations qui lui joue un tour ? Certes, Woo Yun était fait comme un rat, cependant pour une plaisanterie, c’était limite… Heureusement que notre ami n’est pas cardiaque. Une minute. Réfléchissons. Aucun bruit aux alentours. Mais cela ne veut rien dire, après tout. De plus, avec cette douleur, peu de chance qu’il fut seul. « Je trouve ceci bien embarrassant. Arrêtez donc cette absurde galéjade. Et puis, que me voulez-vous ? » Sa question ingénue et probablement bête fit sourire l’inconnu puis qu’un petit son, ricanement, survînt de sa bouche. Pourtant, la situation n’avait rien de comique, se qui énerva encore plus notre cher coréen. Yunnie haussa les épaules d’un geste enfantin pour montrer son mécontentement. Mais personne ne lui répondit. Où alors, ne savait-il pas, cet inconnu. Personne ne sait ? Bon sang ! Comment pouvait-il garder son sang-froid alors qu’il était dans le plus noir possible et qu’il ne pouvait faire qu’un monologue ? Soudain, il glissa légèrement. La voiture venait de démarrer. « Ecoutez… si c’est de l’argent que vous désirez, nous pouvons toujours nous arrangés ! » Il perdait peu à peu son calme. Qu’allaient-ils faire de lui ? Le battre ? Le tuer ? Comme dans les films. Sauf que… malheureusement, c’est bien la réalité, et Yunnie passerait surement un mauvais moment. Dans cette perspective, ils étaient bien lâches. Notre ami n’avait aucune défense puisqu’il ne voyait rien. Pendant le trajet, Woo Yun se fit d’innombrables épisodes dans la tête. Tous les plus loufoques les uns que les autres. Bien entendu, toujours la même fin. Puis, il était si jeune pour mourir ainsi. Il n’avait pas eu le temps de tout découvrir. Les joies de la vie d’adulte. De fonder une famille. Avait-il vraiment mérité un tel châtiment ? Ce que la vie est parfois injuste. La folie semblait s’emparer de lui, car il s’imagina la tête décapitée, les membres comprimées. Rien de très plaisant. Et surtout, il n’avait pas la chance de dire aurevoir aux personnes qui lui étaient importantes. C’était si triste. Franchement. Si par le plus grand des hasards, tout ceci n’était que le fruit d’un de ses amis, pour sûr que celui-ci allait passer une sal quart d’heure ! On ne se moque pas de Woo Yun sans risquer des représailles. Mais la voiture s’arrêta soudain et on poussa Yun hors des sièges comme un vulgaire sac de patate. Il tomba à terre violemment. « Vous ne pourrez enlever votre bandeau que lorsque la voiture sera partie. Bonne chance. » Cet inconnu prit enfin la peine de lui parler. Quel privilège ! Quoi que… Lorsque la voiture sera partie ? Mais alors, ils n’allaient pas le faire disparaître ? Puis celle-ci partie enfin, cependant Yunnie n’eu même pas le temps de retirer son bandeau qu’une voix non loin de lui hurla son nom. « YUN ! C’est quoi cette blague ? » Cette voix… Bo ? Mais que faisait-il ici ? Yunnie enleva précipitamment le bandeau. Le paysage aux alentours le laissa sans voix. Une forêt. Aucunes indications du lieu où ils se trouvaient. Puis il reporta son attention sur son ami. Celui-ci croisait les bras, avec un air plein de reproches comme si Yun avait commis la pire des choses qui soient. De toute façon. Que pouvait-il lui répondre puisqu’il ne le savait pas lui-même. Et d’après ce qu’il se passait autour de lui, rien ne semblait normal. Déjà, ils étaient placés en rond. Une sorte de rituel ? Impossible. Calmons-nous. Aish. Et cette douleur qui le reprenait. Yun fixa ses genoux. Quelques goutes de sang. Rien de grave après tout mais ça faisait tout de même mal. Et comment soigner cette égratignure ? En parlant de cela, ils ne semblaient pas être seuls. Quelqu’un près d’eux. Un homme apparemment. Plus imposant que Woo Yun. Serait-il d’une grande aide ? « Je ne saurai te répondre, Bo. Nous sommes certainement très loin de Seoul. Mais, tu vas bien, dis-moi ? Personne ne t’a fait du mal, n’est-ce pas ? » Tout en disant cela, il se rapprocha de son ami, tant bien que mal, enfin plutôt mal, sa jambe le faisait souffrir mais il ne dit rien et fit mine de sourire. Un sourire protecteur et chaleureux envers son ami. Il le prit dans ses bras. Comme pour le rassurer. Mais pas longtemps, après tout, ils n’étaient pas seuls. « Ne t’en fais pas. Tout va rentrer dans l’ordre... »Comment pouvait-il affirmer une telle chose alors que lui-même ne le pensait pas du tout ? Il remarqua un morceau de papier non loin. Se levant doucement et lentement, il la prit délicatement comme si c’était la chose la plus précieuse au monde. Avez-vous déjà la moindre idée de l'endroit où vous vous trouvez ? Sud ? Nord ?... Et êtes-vous seulement certain d'être toujours près de Séoul ? Voire toujours en Corée ? Posez-vous les bonnes questions, et surtout n'oubliez pas que vous êtres trois, inconnus ou non[…]Participants et participantes, Nous vous souhaitons bon courage.
Tiens donc. Qu’est-ce que… EHESS… EHESS… EHESS ?! Mais bien entendu ! Tout ceci était une manigance de ce fichu établissement ! Et cet emblème imprimait sur tout ce qui se trouvait devant eux. Quel idiot ! Pourquoi s’était-il inscrit à cette expérience ? Trop tard. Il ne pouvait plus revenir en arrière.


Dernière édition par Chu Woo Yun le Jeu 27 Mai - 16:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Jun Wan
    PIMP admin

Kim Jun Wan

messages : 187
i'm here since : 22/01/2010
i am this old : 31
where am i : Itaewon fosho
heart situation : u-u deseperate.
work place : J'ai ... ma propre entreprise disons.

baby, that's me!
i am a: Scorpion ♥
carnet de bord:

MessageSujet: Re: INTRIGUE 01 : groupe un.   Dim 9 Mai - 22:29


    La résistance. Chose commune que tous et chacun manifeste plus d’une fois au cours de sa vie. Soit par intérêt à protéger quelque chose qui nous importe, par envie de se faire enfin une place dans ce monde ou encore par crainte. Il y a quelque fois aussi ou la résistance n’est pas une question de choix mais d’instinct, pour la survie de sois même, pour rester en vie. Sa main se posa sur la rampe de fer qui glissait maintenant à vif allure sous ses mains. C’était froid et désagréable mais il valait mieux prendre le temps de la tenir pour ne pas se briser quelque chose en tombant dans les escaliers de secours qu’il empruntait présentement. Jun Wan tourna la tête brusquement, recherchant du regard ce qui le poursuivait finalement, dévalant l’escalier tout aussi rapidement que lui, avec chance les deux colosses avaient beaucoup plus de difficulté puisqu’ils étaient immense. Tout ça changerait rapidement lorsqu’ils seraient sur la terre ferme, ils étaient plus grands et ce serait sans aucun doute à leurs avantages. Évaluer, analyser, établir un plan de secours, et savoir bien s’échapper étaient entre autre quelques notions qu’il avait acquérir avec le temps. Maintenant il savait que lorsqu’il voyait des gens en costard, lunette fumée dans l’œil magique, attendant patiemment … c’est qu’il était temps de prendre son arme et accessoirement de quitter immédiatement les lieux. Nous n’attendrons certainement pas qu’ils le menacent gentiment de lui faire un nouvel orifice en plein milieux du front pour penser à peut-être envisager qu’il y a du danger. Encore était-il que Wan avait parfaitement noté les gants en cuirs qu’ils abordaient tous … un hasard ? Bien entendu, tout le monde porte des gants en cuir quand il fait 20 degré à l’extérieur. Une main se posa finalement contre son épaule, freinant sa course tout en provoquant un craquement effroyable et douloureux au niveau de son épaule, fermant fortement les yeux alors qu’il mordait sa langue pour retenir une plainte. Pas la peine non plus d’alerté les voisins, il n’avait pas besoin que la police vienne mettre son nez dans son appartement, il y avait bien assez d’Ha Nah qui se posait constamment des questions, pas besoins de rajouter d’autre problème. Ni une ni deux, le pauvre con passait déjà une jambe par-dessus la rambarde, s’appuyant contre son bras non-douloureux pour faire le grand saut. Heureusement qu’ils n’étaient pas si haut que ça, si non il aurait sans aucun doute sortit de cette aventure avec minimum une jambe brisé … maximum un crâne éclaté contre la rue. Tant pis, c’était les risques du métier. Il se releva finalement avec peine, titubant quelque peu aux premier pas hâtifs qu’il faisait, étourdit par la chute et par tout ce stress qui se faisait maintenant sentir. Peu importe, il n’avait pas le temps de se reprendre, il devait fuir au plus vite, si non ce serait sans doute ses derniers geste. Il dévala rapidement la ruelle, traversant sans prendre le temps de regarder autours de lui. Des voitures? On s’en balance, qu’ils tentent de l’éviter et tout sera parfait.

    Son dos se posa finalement contre un mur en brique, renversant la tête vers l’arrière pour reprendre son souffle. Une plainte s’échappa enfin de ses lèvres alors qu’il repensait à son épaule, son regard se dirigeant vers celle-ci. Déboité évidement. Il baissa la tête, inspirant longuement, mordillant sa lèvre inferieur. Les yeux fermés, il grimaça horriblement, une douleur incroyable se produisant à l’intérieur de son corps, lui donnant immédiatement l’envie de crier, évacuer cette souffrance trop concentré alors qu’il appuyait de toutes ses forces contre le mur de brique derrière lui. Il arrêta finalement à bout de souffle, il n’y arriverait jamais seul. Bon, sa crevette ne pouvait sans aucun doute rien faire pour lui mais ils pourraient tout deux trouver une solution autre qu’aller à l’urgence. Peut-être aussi lui demander quelque chose de saler à manger pour se débarrasser de ce haut le cœur qui le suivait depuis maintenant une heure.
    - SHIT!

    Il entra rapidement dans une nouvelle petite ruelle adjacente à son appartement. Maintenant tout ce qu’il pouvait voir c’étai qu’ils étaient partit s’occuper de Bo puisqu’ils ne l’avaient pas eu lui. Évidement qu’il aurait dut y songer et appeler tout de suite le gamin, le prévenir de ne pas répondre à la porte si ces colosses arrivaient. Merde ! Son poing s’affaissa contre le mur de l’édifice alors qu’il pestait entre ses dents serré de frustration. Il n’était pas con, il n’avait jamais vu ces gens là de toute sa putin de vie, il ne leurs avaient sans aucun doute rien fait. Ses yeux se relevèrent juste à temps pour voir ce poing qui était à quelque millimètre de son visage, le percutant avec violence, juste assez pour lui faire perdre l’équilibre, tomber contre le sol, tomber dans le vide.

    Une nouvelle plainte s’échappa de ses lèvres, la douleur au niveau de son épaule le réveillant enfin. Une infinité de question se déroula dans son esprit, à savoir où il se trouvait, où ils allaient, pourquoi et bordel, était-ce nécessaire de lui bander les yeux? Qu’avaient-ils fait de Bo aussi. Sa main droite se leva vers l’avant, touchant à l’aveuglette tout ce qui se trouvait devant lui, des sièges accessoirement. Ils étaient deux dans la voiture à ce qu’il pouvait comprendre des conversations plutôt joyeuse pour un enlèvement. Il rechercha son arme contre sa hanche avec ses mains attachés, ne la trouvant pas. Bien entendu qu’ils avaient dut le fouiller avant de l’installer derrière. Il pinça ses lèvres l’une contre l’autre, analysant rapidement la situation. Silencieusement, il se calla contre le siège, prenant soins de ne pas faire un seul bruit, mordant sa lèvre à en gouter le sang qui s’en échappait sur sa langue pour ne pas crier sous la douleur de sa blessure. Avec de la chance, ils ne feraient qu’un petit accident et il pourrait s’enfuir facilement et tout serai parfait. Il trouverait une solution pour le gamin en chemin. À demi couché contre le banc, il releva ses genoux contre son torse, s’apprêtant à frapper contre le siège de devant avec toute ses forces. Seulement la voiture s’arrêta avant même qu’il ne débute sa poussé. MERDE. Il était sans doute foutu.

    - Suivez nous monsieur Kim, soyez gentil et nous le serons en retour.

    Deux rires éclatèrent dans la voiture et Wan, avec tout le respect du monde, cracha en direction de l’un des rires, celui-ci se coupant immédiatement. Un poing se plaqua une nouvelle fois contre son œil, projetant son corps vers l’avant avec violence pour répondre par sa violence à lui. Il n’eu pas le temps, sa portière s’ouvrant rapidement alors que l’autre homme tirait volontairement contre son bras endoloris pour le faire sortir de la voiture.

    - VA TE FAIRE FOUTRE ENCULER!

    Tant de charme! Son bandeau se fit retirer de ses yeux, juste après avoir été poussé d’un pied contre son dos, retombant contre ses genoux. Il allait se faire tirer en pleine foret, quel classique. Ses yeux s’ouvrir d’avantage alors qu’il voyait Bo, dans les bras d’un autre homme. Double frustration, double cracha en direction de l’homme qui s’en allait sans aucun remord, lui souhaitant malchance, de crever de faim … toute sorte de souhait amical.

    - C’est quoi cette merde Bo?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ahn Bo Hyun
    candy admin

Ahn Bo Hyun

messages : 786
i'm here since : 22/01/2010
i am this old : 27
where am i : je sais pas - je veux ma maman. u.u
heart situation : fckd up.
work place : don't need that. i guess. è_é autrement, dad's company? uhh.

baby, that's me!
i am a: bélier.
carnet de bord:

MessageSujet: Re: INTRIGUE 01 : groupe un.   Lun 10 Mai - 3:00

Je ne saurai te répondre, Bo. Nous sommes certainement très loin de Seoul. Mais, tu vas bien, dis-moi ? Personne ne t’a fait du mal, n’est-ce pas ? La voix de son ami l’avait soudainement calmé. Il hocha frénétiquement la tête pour lui assurer qu’on ne lui avait fait aucun mal. C’était ça – l’expérience ? C’était vraiment ça, alors ? Il pinça les lèvres avec force et se laissa tirer vers le plus vieux, ses bras venant se nouer automatiquement autour de son corps. Ne t’en fais pas. Tout va rentrer dans l’ordre. Il retint son sourire. Yun avait toujours été comme ça avec lui, non ? Même si la situation n’était pas tellement propice aux « retrouvailles », Bo ne pouvait s’empêcher d’être heureux à l’idée que ça n’ait pas changé. Depuis qu’ils étaient à Séoul… ils ne se voyaient plus aussi souvent qu’avant et même que, parfois, il avait l’impression qu’ils s’éloignaient. Son ami s’éloigna pour prendre la lettre qu’il avait lu il y avait de cela à peine quelques secondes et une voiture freina brusquement, laissant place à une scène… assez violente. Le genre de scènes que Bo n’avait encore jamais eu la chance de vivre jusqu’à maintenant. Ironiquement, il ne fut pas surpris de voir Jun Wan tomber à genoux devant la voiture, son regard quittant finalement son meilleur ami pour se poser vers le plus petit des trois. Immobile. VA TE FAIRE FOUTRE ENCULER! Il sursauta presque en l’entendant crier de la sorte. Il n’avait jamais eu peur de lui – enfin, pas réellement, du moins. C’était la première fois qu’il le voyait exprimer sa colère de la sorte. Pourtant, il n’arrivait pas à avoir peur de cette image. Même pas avec tous les scénarios qu’il s’était fait. En réalité, il sentait naître en lui une pointe d’excitation. Il se trouvait seul en forêt avec Woo Yun et Jun Wan pour il ne savait combien de temps. Pas seulement ça, mais… c’était amusant. Non, pas la situation. Quoi que si, la situation était amusante elle aussi en elle-même. Mais ne venait-il pas de découvrir un élément clé ? Jun Wan était lui aussi dans ce programme. Rectifions. Il se trouvait avec les deux personnes qu’il avait certainement le plus envie de voir en ce moment dans une sombre forêt dont ils devaient se sortir. Et ils auraient la chance de se connaître, en plus. C’est quoi cette merde Bo? Cette fois, il sursauta réellement et écarquilla les yeux, abasourdi. Tout ça avant de s’approcher de l’autre et de croiser les bras, le regardant de haut. « QUOI ? De MA faute ? Tu crois réellement que c’est de MA faute si on se trouve ici ? Et c’est peut-être aussi de MA faute si t’es à genou présentement Kim Jun Wan ? » Il étira le bras droit vers l’avant pour lui donner une bonne tape derrière la tête avant de soupirer. « Idiot ! »

Il revint vers son ami pour prendre la lettre qu’il venait de lire à son tour, revenant à nouveau sur ses pas pour lire à voix haute la lettre. Il mit l’accent sur certains mots, comme s’ils s’adressaient tous en particulier à sa personne avant de la baisser vers lui et de la laisser retomber devant ses yeux. Ridicule ! S’il y avait bien une personne en position pour savoir que Bo était inoffensif – après Woo Yun et sa sœur, évidemment. – c’était Jun Wan. Il lui laissa quelques secondes, le temps d’assimiler toutes les informations qu’il venait de lui donner, puis lui tendit la main pour l’aider à se relever. Jun Wan ne sembla cependant pas remarquer la main qu’il lui tendait, et Bo l’attrapa par l’épaule pour le redresser, non sans difficulté. Il ignora le gémissement plaintif du plus vieux, l’interprétant comme une plainte mécontente face à son geste et attrapa sa main pour l’emmener jusqu’à Woo Yun. Une fois les deux face à face, il hocha la tête et leur adressa un mince sourire avant d’attraper la main de Yun à son tour et de les serrer une contre l’autre. Il les lâcha ensuite et leva la tête vers le plus petit des deux – Wan, accessoirement. « Wan, je te présente Woo Yun. C’est mon meilleur ami depuis que je suis tout jeune. Et Yun, je te présente Jun Wan. C’est… » Il tourna la tête vers le plus grand – Yun, cette fois – avant de tourner à nouveau la tête vers Jun Wan. C’était… qui en fait ? Son ami ? Non ! Certainement pas. Pas son petit ami non plus. « C’est euuh… Hmm… Jun Wan. Le frère d’Hanny… c’est hum… mon… ami. Ami ! » Il cligna des yeux et mordilla l’intérieur de sa joue, mal à l’aise. C’est vrai, après tout. Comment pouvait-il le présenter, au fond ? Il avait d’ailleurs lancé un regard interrogatif à Jun Wan avant de se prononcer, incertain de la suite des choses. Hm eh bien, maintenant, il ne restait plus qu’à espérer que Jun Wan ne dirait pas quelque chose de déplacé face à cette situation. Il leur tourna alors rapidement le dos et se dirigea vers le tas de choses dans le milieu, s’y accroupissant pour vider le sac au sol. Il en sorti exactement ce qui était nommé sur la feuille, plus trois caméras qui tombèrent à ses pieds. Amusant. Étrange à la fois. Pourquoi avaient-ils besoin de caméras ? Il tira une étiquette sur une d’entre elles où était écrit « Ne jamais arrêter la caméra. » Il haussa un sourcil et appuya sur un gros bouton rouge, la caméra se mettant en marche. Sa première réaction fut de la pointer vers le sol, observant silencieusement l’image, perdu dans ses pensées, oubliant les deux autres une fraction de secondes. C’est d’ailleurs après ces quelques secondes qu’il réalisa que les autres n’avaient pas bougé ni parlé. Ils avaient peur, ou quoi ? Ils attendaient quoi ? Il se redressa alors lentement, levant la caméra vers le fond de la forêt et frissonnant à la vue qui se présentait à lui. C’est à ce moment qu’il fit volteface pour se tourner vers les deux autres.

Il baissa cependant sa caméra assez rapidement après les avoirs observés au travers de l’objectif qui les filmaient, haussant un sourcil. L’image qu’il avait devant lui était des plus drôles – ou alors peut-être qu’elle ne l’était pas. Mais les deux jeunes hommes étaient restés dans la même exacte position qu’il les avait laissé, se serrant toujours la main avec une seule différence. Ils se regardaient, les yeux dans les yeux, dans ce qui semblait être un défi sans fin. « Uhm… il y a des caméras. Vous devriez… vous allez bien ? Ils vous ont blesses ? Pourquoi vous ne bougez plus ? Je suis le seul qu’ils n’ont pas brutalisé ou quoi ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://until-whenever.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: INTRIGUE 01 : groupe un.   

Revenir en haut Aller en bas
 

INTRIGUE 01 : groupe un.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
until whenever. :: Intrigue; oo1. :: Forêt.-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com